Qu’est-ce que l’écoprint?

Vous vous êtes sûrement demandé à plusieurs reprises … Les formes naturelles et les pigments des feuilles et des fleurs de notre environnement peuvent-ils être imprimés sur du tissu? Oui, vous pouvez, en utilisant la technique d’estampage botanique appelée ecoprint.

La technique écoprint consiste en capturer et tamponner en permanence les pigments naturels des feuilles et des fleurs sur des tissus 100% biologiques tels que la soie, le coton, la laine ou le lin, entre autres.

Pendant le processus d’impression, on n’utilise pas de produits chimiques, mais des acides et des oxydes naturels, mais pour obtenir un résultat optimal, il est strictement nécessaire de traiter au préalable les tissus sur lesquels nous voulons estamper les feuilles et les fleurs avec des produits minéraux pour la fixation ultérieure du pigments dans les tissus, les soi-disant mordants.

Que décorons-nous avec ecoprint?

Chez Anuskas, nous apprécions grandement le fait que tous les produits que nous fabriquons sont 100% faits à la main. C’est pour cette raison que nous avons eu recours à la technique de l’écoprint, l’alchimie des feuilles naturelles, pour décorer notre nouvelle collection de paniers palmiers pour l’été et nos écharpes, foulards et foulards d’hiver.

Pour la nouvelle collection de sacs palmiers décorés à la main, nous avons produit différents modèles de tissus en coton imprimés avec écoprint, donnant une valeur ajoutée à votre sac unique pour cet été fabriqué à 100% à la main.

 

Chaque dessin est unique, la technique d’écoprint permet d’expérimenter et de créer de petites œuvres d’art différentes les unes des autres, il est très difficile d’avoir deux tirages identiques car il est très difficile de contrôler toutes les variables lors du traitement.

Processus de production d’emboutissage Ecoprint

Pour la décoration des paniers de palmiers Anuskas pour cet été 2020, Nous avons utilisé des tissus 100% coton pour pouvoir réaliser l’impression botanique.

La première étape consistait à couper les bandes de tissu à la bonne taille.
Une fois coupé, nous avons procédé à la gravure du tissu à imprimer.
La technique de gravure consiste à traiter le tissu à estamper avec des produits minéraux en les immergeant dans de l’eau, en les amenant presque à ébullition à 90 ° C.

Les minéraux utilisés pour la gravure, c’est-à-dire les mordants utilisés dans ce processus, ont été:

Pierre d’alun: C’est un minéral composé d’aluminium et de potassium, que l’on trouve naturellement dans de nombreuses régions du monde. De plus, il est utilisé depuis de nombreuses années dans le monde des cosmétiques et des tissus. Son utilisation la plus fréquente est comme déodorant, sous forme de poudre ou de pierre. Cette pierre est d’origine naturelle, elle ne contient ni alcool ni parfum ni autres composés chimiques ajoutés aux déodorants.

Crème tartare: C’est un minéral également connu sous le nom de bitartrate de potassium, c’est un sous-produit qui se forme lors de la vinification. C’est le sel de potassium acide de l’acide tartrique, un acide carboxylique. Il apparaît comme un sédiment au fond des fûts où se déroule la fermentation du moût.
Ce minéral a de multiples usages, notamment culinaires, car c’est un excellent antioxydant.

Si l’on pense que le fond de l’impression du tissu est coloré et non blanc, on peut teindre le tissu dans une autre couleur naturellement avant d’appliquer la technique d’écoprint. De nombreux légumes verts, légumes et fruits que nous pouvons trouver dans notre frigo, sont utilisés pour teindre le tissu de couleurs vives: peau d’avocat, oignons, épinards, racine de gingembre …


Tissus en coton teints à la peau d’oignon

Dans notre cas, nous allons imprimer des tissus en coton blanc avec éco-impression.

Nous allons avoir besoin d’une table large et longue pour bien étaler le tissu de coton.
Le tissu doit être humide pour mieux le manipuler.

C’est la meilleure partie de tout car c’est le plus créatif, il s’agit de disposer une mosaïque de fleurs, de feuilles et de tiges sur le tissu en coton, ils n’ont pas à suivre un motif uniforme, il est intéressant de laisser libre cours à l’imagination et à la créativité flux!

Une fois les feuilles et les fleurs disposées, il faut plier le tissu et le rouler en cylindre ou en bande de bois. Lors de l’enroulement on peut utiliser une matière plastique pour que l’estampage ne passe pas entre les différentes faces du tissu.

Une fois enroulé, Nous procédons également à l’attacher avec un cordon de coton et nous introduisons le paquet dans une casserole pour le cuire à la vapeur.
Il est très important que la vapeur soit en contact permanent avec la balle pour obtenir un emboutissage optimal.
Le temps de cuisson est relatif en fonction du type de feuilles et de fleurs utilisées, car certaines teignent rapidement et d’autres coûtent plus cher. Après 45 minutes, jetez un œil et évaluez si plus de temps est alloué, au goût de l’artiste.

Une fois le temps de cuisson estimé écoulé, déroulez le tissu et laissez-le sécher au soleil. Il est très important qu’il sèche complètement à l’air et mieux s’il touche le soleil car on pourra mieux fixer l’impression et que les couleurs et les formes ressortent davantage.

Une fois sec, nous pouvons le laver avec du savon et de l’eau pour éliminer l’excès de mordant et de restes botaniques qui pourraient avoir été laissés par le processus d’impression et nous l’avons prêt à l’emploi!

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.